Nos actions avec Coeur de forêt

Sensibilisation et poliques de reboisement en France

.PROGRAMME DE MECENAT

h2 x Coeur de Forêt

En 2021 h2impression s'associe avec l'association "Coeur de Forêt" pour participer à la protection des forêts françaises avec une approche holistique : gestion de l'exploitation de la forêt pour les petits propriétaires et son adaptation au changement climatique. En 2022 les imprimeries h2 deviennent mécène de l'association permettant de décupler les sommes versées à l'association. 
 

 

2 leviers d'action :
 

  • des versements annuels à l'association sur sur nos commandes de papiers (au kg) les plus vertueux d'un point de vue écologique selon des critères stricts (voir plus bas). Nous influençons clairement l'acte de choix de support lors de la commande en ligne. 
  • un module de don libre en ligne (étape finale de commande) qui permet au client de faire un versement de 0,50ct minimum lors de chaque commande. 


Ce type de "micro don" est non déductible fiscalement. Si vous souhaitez faire un don déductible ou parrainer un arbre, merci de le faire directement depuis le site de l'association et obtenir votre reçu fiscal mais des minimas s'appliquent.

Les plus grandes marques font confiance à Coeur de Forêt telles que Klorane, Naturalia, Nature & Découvertes, le CIC, la Région Ile de France...et nous ! Nous vous invitons à consulter leur site internet très instructif.

Bilan 2022

4 mois de mécénat

Grâce au choix de papiers éligibles au don par nos clients et au module de don en ligne à chaque commande, nous avons pu parrainer  57 arbres en Dordogne mais il ne s'agit pas uniquement de plantation, la démarche va bien au-delà !

En 2022, Coeur de Forêt a accompagné 43 nouvelles familles de propriétaires forestiers en réalisant 43 diagnostics forestiers (description de station, peuplements, qualité des bois, surface terrière, répartition de la couverture selon les étages forestiers) au sein de leurs parcelles, ce qui représente 198 hectares supplémentaires de forêt préservés. Ces nouvelles surfaces et ces nouveaux propriétaires s'ajoutent aux quelques 40 propriétaires qui étaient déjà dans la démarche et continuent de recevoir des conseils et d'être accompagnés par Coeur de Forêt, sur une superficie totale de près de 400 ha de forêt.

Ce sont 18 778 arbres qui ont été parrainés sur le projet. Les plantations ou régénération naturelle comprennent 3 à 14 essences adaptées aux diverses situations rencontrées : enrichissement d’un taillis de châtaigniers dépérissant, renouvellement de peuplements suite à des coupes rases héritées ou tempêtes, plantation par îlots pour favoriser certaines espèces et futures tiges, projets agroforestiers, haies bocagères, etc. L’objectif est de favoriser une diversité d’essences et la qualité des bois permettant à la forêt de remplir son rôle d’habitat pour la faune et la flore. Près de 500 d’arbres d’avenir ont aussi été sélectionnés, reconnus pour les bienfaits écologiques et économiques qu’ils peuvent apporter dans le futur.

La valorisation économique avec l'approvisionnement de la scierie de Tursac (dénommée « Le coin des scieurs ») grâce aux arbres issus du chantier expérimental d’exploitation de Boissières ; le lancement de 3 coupes jardinatoires dont une partie du volume en auto-utilisation (utilisation directe par le propriétaire pour ses projets de construction (env. 60 m3)), ainsi que le lancement d’une coupe de renouvellement avec pour objectif de fournir la filière éthique et locale de Dordogne. 

Les actions de sensibilisation avec un programme fort d'animation et de sensibilisation du grand public via l'organisation et la participation à 14 animations ayant permis de toucher près de 2000 personnes.

L'équipe du projet s’est agrandie avec l’arrivée de 2 nouveaux techniciens forestiers. Le projet s’est également étendu géographiquement car nous avons désormais des actions dans les départements du Lot, de la Dordogne, la Corrèze, l’Aveyron et le Tarn (Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine).

Un grand merci à tous nos clients pour leur engagement.

Les actions menées

par Coeur de Forêt

Politique de dons

Des critères stricts
  • 01 : les normes européennes sont très élevées et sont en constante amélioration grâce aux fonds de transition écologique alloués aux papeteries. La France possède des usines parmi les plus vertueuses au monde. 
  • 02 : la fabrication du papier demande de l'eau et de l'énergie de chauffe (électricité, gaz, biomasse ou photovoltaïque) en proportion totalement variable selon la composition du papier (cellulose, recyclé, rebus...). Certaines usines sont en transition sur leur modèle de chauffe, d'autres ont déjà sauté le pas mais il n'y a pas de statistiques publiques réelles de consommation par centre de production. 
  • 03 : certaines usines telles que Saillat dans le Limousin ne fonctionne exclusivement qu'avec du bois local (taillis et chutes). Certaines incorporent de la pâte à papier en mélange venant de Scandinavie voire d'Amazonie pour obtenir le rendu souhaité ce en quoi le papier ne serait pas ce qu'il est. Il est très rare d'avoir une matière première 100% locale qui ne permet pas les rigidités et textures désirées. C'est pour cela que nous abaissons à 75% le seuil, 100% étant extrêmement rare. Le classement est selon les connaissances publiques que nous avons sur les papiers en question. 
  • 04 : les matières premières sont sourcées localement ou parfois viennent de très loin. Il est impossible de savoir exactement d'où viennent les produits entrant dans sa composition sauf informations publiques disponibles. L'usine de Saillat utilise du bois local uniquement ; on sait que le papier recyclé provient en grande majorité des centres nationaux de collecte. La bagasse utilisée par Zuber vient d'Amérique du Sud. Il est impossible de tracer les linters de coton utilisés dans les papiers Beaux-Arts ni l'utilisation de pesticides sur le coton : ces données sont gardées secrètes par les fabricants mais on imagine qu'une grande attention est donnée pour un sourcing responsable.
  • 05 : de plus en plus de rebus de l'agriculture sont utilisés pour faire du papier. Il est rare d'avoir un papier 100% composé de rebus (à l'exception du papier Bagasse) car la fibre de bois permet de lier le papier et est donc incorporée en partie dans le papier. Nous saluons néanmoins la démarche de plus en plus répandue : tissus, chanvre, bamboo, cosses, graines, pomme de terre... il existe de nombreux produits réutilisés dans les papiers pour des rendus très originaux. Mais nous élevons le taux à 50% pour que la démarche ait un impact significatif.
  • 06 : entre les approvisionnements en matière première (pâte à papier), la fabrication du papier et son expédition au client final, il est impossible à notre échelle de suivre le chemin parcouru par le support ainsi que son mode de transport (camion, péniche, train...) sauf informations publiques à notre portée. Les labels de certifications reconnus ne certifient pas la provenance de la matière première. Elle peut parfaitement venir d'Indonésie ou d'Amazonie du moment qu'elle est certifiée. Notre démarche permet de contourner en partie cette opacité présente dans toute la profession. 

Les versements sont opérés tous les 10kg de papier commandé. Nous demandons à nos fournisseurs de nous envoyer annuellement les tonnages commandés et faisons la conversion. Certaines gammes fabriquées localement sont exclues pour le moment telles que les papiers peints, les adhésifs, les bâches ... supports généralement non recyclables et à la tracabilité difficile à effectuer. 

La forêt en difficulté

En France et ailleurs

La forêt française recouvre 30 % du territoire (96 % en Guyane) et sa surface a doublé depuis le XIXème siècle. C'est la troisième d'Europe mais elle est peu productive. La forêt abrite 80% des espèces terrestres dans le monde. Chaque année 13 millions d'hectares partent en fumée soit un terrain de football toutes les 6 secondes.

Coeur de Forêt agit principalement sur la déforestation agricole qui à elle seule représente 1/3 de la déforestation globale et 13 à 15% des emissions de gaz à effet de serre.

Replanter c'est créer des emplois, protéger la biodiversité et donc s'assurer un avenir. Les futurs arbres vont capter le CO2 futur et plus un arbre est jeune, plus il captera ce CO2. Mais cela passe avant tout par de la prévention et de la sensibilisation des propriétaires de forêts en France et à des campagnes intensives de pédagogie dans des pays situés plus au sud.

Mission de l'association

Programme France

Le projet a vocation à préserver la forêt française et reconnecter citoyens et propriétaires de petites forêts à leur forêt.

L'ONF (Office National des Forêts) ne gère que 1/4 de la forêt française. Le reste appartient à 3,5 millions de citoyens français dont 85% sont de petites parcelles de moins de 10 hectares dont ils ne s'occupent pas ou peu. La surface de la forêt française augmente de 80.000 hectares par an principalement avec la déprise agricole. Mais cela reste une forêt très jeune, pas assez mature pour être résiliente.

2 points existent : la pression de l'exploitation du bois - qui est un produit noble mais qu'il faut savoir renouveler avec la même qualité d'espèces ; le réchauffement climatique ; adapter la forêt à cette nouvelle donne avec des sécheresses plus fortes et des hivers plus doux.
 

Coeur de forêt

Actions

Accompagner les propriétaires de petites forêts en France

 

- dans la connaissance de leur forêt

- dans la gestion de futaie irrégulière en maintenant un couvert forestier diversifié et permanent

- dans la valorisation de l'exploitation du bois dans un circuit court

Le tout pour améliorer la gestion sylvicole durable tout en maintenant un haut niveau de diversité. Ce suivi aide à réduire les feux de forêts, réduire les maladies et limiter l'impact du changement climatique.
 

Cycle de conférences Coeur de Forêt

Académie du Climat 2022

L'équipe h2 a pu se rendre à l'Académie du Climat 2022 qui s'est tenue en juin 2022 à Paris sur invitation de notre partenaire Coeur de Forêt. 

Un cycle de conférences destinées aux professionnels afin de mettre en place des outils de mesure des efficacités des politiques RSE et autres.

Nous avons pu apprendre que planter un arbre pour planter un arbre était une bonne initiative mais pas à n'importe quel prix et n'importe comment. En effet, ce sont l'ensemble des pratiques qui sont à modifier et non plus "1 produit acheté, 1 arbre planté" qui crée des projets simplistes perdant leur impact écologique.

L'identification de projets de qualité avec garantie de transparence est long à mettre en place et coûte de l'argent (ils sont généralement dans des pays étrangers). 

Exemples

Madagascar

La compensation par un simple indicateur carbone n'est pas suffisante : est-ce que l'espèce plantée est en adéquation avec son milieu ? Est-ce que de la biodiversité va être créée ? Est-ce que l'exploitation légale du bois sera possible? 

Par exemple à Madagascar les associations s'occupent en parallèle d'un programme de plantation de construire des écoles, acheter des machines pour commencer la distillation d'essences essentielles vendues ensuite à des mécènes de l'association, créer la logistique de distribution etc. les populations avec l'accès à l'éducation et ces aides s'enrichissent et font moins appel à la déforestation pour survivre. 

Les emissions de carbone augmentent sans cesse et pourtant les mécanismes de compensation carbone ne fonctionnent pas. En effet le prix dissuasif du carbone est trop bas et des "brokers" achètent et revendent les droits à émettre de façon peu scrupuleuse...

La déforestation à elle seule émet 13 à 15% des gaz à effet de serre. Il appartient de changer les pratiques pour la faire diminuer mais la plantation seule d'arbres ne résoud pas le problème.